Les touristes s’impatientent : l’industrie du voyage doit se préparer pour la reprise

February 16, 2021

Travel ready

Les voyages sont, sans conteste, l’un des éléments de la vie pré COVID-19 qui manque le plus. L'industrie du voyage a été durement touchée par les effets de la pandémie et l’incertitude persiste concernant les futurs projets de voyage. Personne ne sait quand les réglementations relatives aux voyages internationaux seront levées et quand il sera à nouveau possible de voyager en toute sécurité. Néanmoins, les résultats de notre dernière étude indiquent que les voyageurs s’impatientent et qu'il existe une demande considérable de "travel revenge" dès 2021. Il appartient maintenant à l'industrie du voyage de se préparer.

Au début de l'année 2020, la crise COVID-19 a plongé le monde dans le chaos. Un an plus tard, nous vivons encore les conséquences de la pandémie au quotidien. L'industrie du voyage a été parmi les plus touchées, avec la fermeture d'hôtels et la chute spectaculaire des voyages aériens. Selon l'Organisation mondiale du tourisme (OMT),l'industrie du voyage a perdu 320 milliards de dollars US en recettes touristiques internationales au cours des cinq premiers mois de 2020. . La première vague de vaccinations ayant commencé au niveau mondial fin 2020, les voyageurs commencent à réfléchir à d'éventuels projets de vacances pour 2021. En décembre 2020, Simon-Kucher & Partners et ROIRocket, un institut de recherche, ont mené l'étude Travel Trends 2021. Nous avons interrogé plus de 3 900 personnes en France, en Allemagne, en Espagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis sur leurs intentions de voyage et de réservation pour 2021.

L'étude révèle qu’une courte majorité des sondés (53%) s’attend à pouvoir voyager à nouveau en 2021, pour la plupart lors du second semestre de l’année. Parmi les autres voyageurs, l'incertitude prévaut : un répondant sur quatre ne sait pas quand il voyagera à nouveau. L'étude prouve également qu'un facteur crucial dans les décisions des voyageurs quant au moment de leur prochain voyage est non seulement la levée de la réglementation (30%), mais aussi la prévalence de la vaccination : 29% veulent voyager quand eux-mêmes ou la majorité de la population seront vaccinés.

purposes for travel graph

La majorité des voyageurs maintiennent leur budget de voyage - L'incertitude des revenus est le principal facteur de diminution du budget de voyage

Les résultats de notre étude montrent que 70 % des voyageurs dépenseront la même somme d'argent, voire plus, pour leurs voyages en 2021 qu'avant la pandémie, la demande ayant été réduite et les voyageurs s’impatientant de repartir. Des pays comme l'Allemagne se distinguent par le fait que le nombre de voyageurs qui maintiennent ou augmentent leur budget est encore plus élevé, à 81%, ce qui renforce l'attrait du pays en tant que marché d'origine. Bien que de nombreux voyageurs s’impatientent, environ 30 % des personnes interrogées prévoient de dépenser moins pour leurs voyages post COVID-19. Les opinions spécifiques à chaque pays varient de seulement 19 % en Allemagne à 42 % en Espagne.

Parmi les voyageurs dont le budget de voyage a diminué, 52 % ont indiqué que l'incertitude quant à leur statut professionnel et à leurs revenus est la principale raison de la réduction des dépenses et 23 % ont déclaré qu'ils souhaitaient dépenser moins en cas d'annulation du voyage. Ces chiffres montrent qu'il n'y a pas de changement fondamental dans les intentions de voyage, mais plutôt une baisse temporaire due à un revenu disponible limité ou instable et à un sentiment d'incertitude en général.

Compte tenu de toutes ces opportunités, mais aussi des défis à venir, les entreprises du secteur touristique doivent repenser leur stratégie commerciale. Elles devront être suffisamment agiles pour être en prêtes au moment de la reprise du marché.

Les "revenge travelers" sont prêts et attendent dans les coulisses

La tendance au "travel revenge" a déjà été observée dans certaines régions d'Asie, où les réglementations relatives au virus ont commencé à être levées à l’automne dernier. La Chine en est un exemple : selon Bloomberg, pendant les vacances de la semaine dorée d'octobre 2020, les voyages de loisirs sont revenus à plus de 80 % des niveaux d'avant la pandémie en 2019 - une reprise prometteuse au vu de la situation actuelle. Sur l'ensemble des consommateurs interrogés, environ 10% font actuellement partie de ce segment de « revenge travelers », et ce chiffre pourrait augmenter. Ils sont disposés à voyager et veulent dépenser plus qu'auparavant et le secteur doit s'y préparer. L’augmentation des dépenses pourra prendre la forme d’une accélération du nombre de réservations, mais aussi d’un allongement de la durée des séjours. Les agences de voyage devront donc faire preuve d’agilité et de flexibilité pour répondre à la diversité des attentes. Par ailleurs, ces voyageurs prévoient de dépenser plus pour l'hébergement, la nourriture et les boissons lorsqu'ils recommencent à voyager, ce qui est bon signe pour les acteurs du secteur de l'hospitalité comme les hôteliers et les restaurateurs.

Les voyageurs dans un monde post-pandémique

En 2020, les touristes ont dû séjourner plus près de chez eux. Cette tendance du “staycation” ne devrait pas s’estomper rapidement. Les personnes aspirent toujours à partir en vacances, mais l’incertitude quant aux projets de voyage continue de planer alors que la pandémie se poursuit. Largement négligée auparavant, voyager plus près de chez soi semble être une option sûre et attrayante.

Dans l'ensemble, 39% des personnes interrogées prévoient de voyager davantage dans leur pays qu'avant la pandémie et environ 49% voyageront moins à l'étranger. Toutefois, la comparaison de ces résultats avec une étude comparable menée en mai 2020 indique une évolution positive pour les voyages internationaux.

En ce qui concerne les modes de transport pour les vacances, 46% des voyageurs opteront davantage pour la voiture, tandis que 47% voyageront moins en avion et 42% moins en train. L'industrie des croisières est confrontée à une baisse de la demande, 56% des personnes interrogées déclarant qu'elles feront moins de croisières qu'avant COVID-19.

Le comportement en matière de réservation aura également des répercussions durables. D'une part, 51% des voyageurs interrogés prévoient de réserver davantage à la dernière minute en raison de l'incertitude. D'autre part, 47% prévoient de réserver plus tôt pour bénéficier d'avantages tarifaires. Cette différence de tendance s'explique par le fait que 76% des voyageurs s'attendent à ce que les promotions et les remises accordées après la pandémie stimulent la demande.

impact of pandemic on booking habits graph

Les voyages tout inclus, qui offrent des possibilités d'annulation simples, sont particulièrement en hausse (+ 44%). L’incertitude reste présente et une offre plus flexible sera très appréciées des voyageurs et donc recherché.

Compte tenu de tous les changements observés dans le comportement des clients, les agences de voyage doivent proposer des incitations qui poussent à réserver tôt, tout en rassurant les voyageurs sur le fait qu'ils ont la possibilité d'annuler ou de modifier leur réservation au besoin. En offrant aux clients une plus grande souplesse de réservation et des conditions attrayantes, le secteur du voyage sera en mesure de répondre à la demande, encore en suspens, des voyageurs et d'assurer un plus grand nombre de réservations en 2021.

Pour en savoir plus sur les résultats de l'étude, veuillez contacter les auteurs !